vendredi 6 mai 2011

Sibelius: Valse Triste, Amour et musique ..

Sibelius: Valse Triste

Dans une paraphrase  de Flaubert : " Elena  s'éteignit pour n'avoir   touché  que  le  vent..."
Il est bien  difficile  de   dire  ce qu'il lui advint  à Vienne  , aussi  vain que  de  tenter  d'expliquer ce qui  brutalement peut  éteindre  un  brasier  alors que  tout  n'est  pas  consumé....
Le coeur est une étrange chose ...et l'homme  un fétu  de paille, soumis  aux caprices du  vent,  balloté par les  flots.....
Paraphrasant maintenant Baudelaire  : "Le sentiment   souvent  me prend  comme une mer .."






La Musique

La musique souvent me prend comme une mer !
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile
J'escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile ;

Je sens vibrer en moi toutes les passions
D'un vaisseau qui souffre ;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions

Sur l'immense gouffre
Me bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir !

Les Fleurs du mal - Spleen et Idéal - Charles Baudelaire

Aucun commentaire:

Publier un commentaire