lundi 30 avril 2012

Renée Vivien Le bloc de marbre et Rodin


Rodin  : la  danaïde


Je dormais  dans le  flanc  massif  de   la montagne....
 Ses   tiédeurs m'enivraient. Auprès  de mon sommeil
Sourdait l'ardent  effort  des  fleurs vers  le  soleil.
Rien  ne  troublait  la paix  large  de la montagne..

 Je  dormais. Je semblais un  astre  dans la nuit,
Et  l'ondoyant  avril que l'amour  accompagne
Tremblait divinement  sur l'or  de  la campagne,
Sans  rompre mon  attente  obscure   dans la   nuit.

Blancheur  inviolée au  fond  de  l'ombre éteinte,
J'ignorais le  frisson du nuage,  et  le  bruit
Des  branches  et des  blés sous le  vent  qui  s'enfuit
En sifflant.. je    dormais  au  fond  de l'ombre  éteinte,

Lorsque tu  m'arrachas à  mon  calme  éternel,
Ô mon  maître ! ô bourreau dont  je  porte  l'empreinte !
Dans  la  douleur  et  dans l'effroi  de ton  étreinte,
Je  vécus, je perdis le  repos éternel...

Je  devins la  statue  au  front   las, et  la  foule
Insulte d'un  regard  imbécile  et  cruel 
Ma froide  identité sans  geste  et sans  appel,
Pâture  du  regard   passager  de  la foule.

Et je  suis la  victime  orgueilleuse  du  temps,
Car  je  souffre  au-delà  de  l'heure  qui  s'écoule.
Mon  angoisse  domine   altièrement  la  houle
Gémissante qui  meurt dans l'infini  du  temps.

Je  te  hais , créateur dont la pensée  austère
A fait jaillir  mon  corps  en  de  fiévreux instants,
Et  dont je  garde  au coeur les  rêves  sanglotants ...
Je  connais les  douleurs   profondes de la  terre,

Moi  qui  suis  la victime  orgueilleuse  du  temps  .

 (Evocations  )

samedi 28 avril 2012

Frida Kahlo et Marcelline Desbordes-Valmore

Frida  Kahlo,  autoportrait   1947


Marcelline Desbordes - Valmore



   Jour d'Orient

Ce fut un jour pareil à ce beau jour
Que, pour tout perdre, incendiait l'amour !

C'était un jour de charité divine
Où dans l'air bleu l'éternité chemine ;
Où dérobée à son poids étouffant
La terre joue et redevient enfant ;
C'était partout comme un baiser de mère,
Long rêve errant dans une heure éphémère ;
Heure d'oiseaux, de parfums, de soleil,
D'oubli de tout... hors du bien sans pareil.

Nous étions deux !... C'est trop d'un quand on aime
Pour se garder... Hélas ! nous étions deux.
Pas un témoin qui sauve de soi-même !
Jamais au monde on n'eut plus besoin d'eux
Que nous l'avions ! Lui, trop près de mon âme,
Avec son âme éblouissait mes yeux ;
J'étais aveugle à cette double flamme,
Et j'y vis trop quand je revis les cieux.

Pour me sauver, j'étais trop peu savante ;
Pour l'oublier... je suis encor vivante !

C'était un jour pareil à ce beau jour
Que, pour tout perdre, incendiait l'amour !


La ronce

Pour me plaindre ou m'aimer je ne cherche personne ;
J'ai planté l'arbre amer dont la sève empoisonne.
Je savais, je devais savoir quel fruit affreux
Naît d'une ronce aride au piquant douloureux.
Je saigne. Je me tais. Je regarde sans larmes
Des yeux pour qui mes pleurs auraient de si doux charmes.

Dans le fond de mon coeur je renferme mon sort,
Et mon étonnement, et mes cris, et ma mort.
Oui ! Je veux bien mourir d'une flèche honteuse,
Mais sauvez-moi, mon Dieu ! De la pitié menteuse.
Oh ! La pitié qui ment ! Oh ! Les perfides bras
Valent moins qu'une tombe à l'abri des ingrats.

L' avventura, Antonioni






Michelangelo  Antonioni et  Monica  Vitti   :" entretien   sur  le  film  "

" Chaque jour  nous  vivons  une  aventure  ideologique ou  sentimentale."   Partant  de  ce  constat,  Antonioni s'est  engagé dans une  autre  aventure :  l'invention   d'un  langage  de  cinéma  où  la  dramaturgie  classique n'a  plus  cours. Le  malaise  inexprimé, inexprimable  de personnages  absents  à  eux -mêmes et  aux  autres . L'opacité des  sentiments  , du  monde, tout  est  confié à la puissance enigmatique  de  l'image. Ainsi  que le  disait  Antonioni  au  peintre  abstrait  Rothko :  "   Mes films  sont  comme  vos  tableaux .  ils ne  parlent  de  rien  , mais  avec  précision  ."














Revoir L'avventura  après  tant  d'années et y  retrouver son aspect  revolutionnaire  demande    une  part  de  réflexion  ,  il  a  tant  servi  de modèle  . Je  me  suis  surtout  arrêtée   sur  la présence  insistante   de   tout  ce  qui  vient  compléter le  rôle  des  acteurs et   qui manifestement  créait  cette  nouvelle  forme  de  langage  :  les  éléments participant au discours, (mer  , ciel  ,  nuages  ...) tableaux  surréalistes   comme   le  village  désert  qui   fait  penser  aux places  de  Chirico , indices    démultipliés  d'une   poursuite insensée à  laquelle  on ne  croit plus  parce que  chacun  sait  que  ce qui  est perdu  ne  reviendra pas  .
Ce  film  avait  été primé  pour  la qualité de  ses  images   et  il  n'a  pas  vieilli  de ce  point  de  vue  ,leur  beauté est  toujours  aussi  saisissante  tout  comme   celle  sur la pellicule,   de   cette  merveilleuse  actrice   Monica  Vitti..













jeudi 26 avril 2012

Une journée à Pergame ...


Pergamun Museum panorama
Une  des  choses les   plus extraordinaires  que  j'aie  pu  voir   à  Berlin 


A coté  du  magnifique  musée  de   Pergame   se  dresse  un horrible  cylindre   métallique  ...



.... vous    pénétrez   et  grimpez   l'escalier  central  jusqu'à  une  hauteur  de  3 (4 ?) étages, pour  déboucher  sur  une  large  plateforme , légèrement   oscillante  où vous êtes  maintenus  dans  une  semi-obscurité ...et  là  c'est  un  miracle   qui  se  révèle   à vos  yeux  . Le panorama  de  la  cité  antique   se  déroule   tout  autour de  vous   à  360 degrés . Par  une  technique  dont j'ignore  tout  , sur  l' image  reproduite , les   perspectives   horizontales  et  verticales   , largeur  et profondeur  sont  stupéfiantes  .  S'ajoutent  les jeux  de lumières  simulant  les   différentes  heures du  jour  ou de  la nuit  ,  ou bien encore  les  effets  d'une météo changeante  .  Une musique  discrête  et harmonieuse   laisse   leur  place  aux  effets  sonores  qui correspondent  aux  scènes  que  vous  découvrez  en  contre-plongée , rue  animée   où  la  foule  se  rend  au forum  ,  spectacle  en   cours  dans  un amphithéâtre,  ou scène paisible dans le jardin  d'un  temple  etc ....   
La technologie   rejoint  ici ,  la magie    !



mercredi 25 avril 2012

Nefertiti , fleuron des Antiquités égyptiennes à Berlin


Au  Neues  Museum

Dans  sa  nouvelle installation  au  Neues  Museum  ,  tout  est  fait   pour  entretenir la  magie  autour   de   cette  tête  portée  avec   tant  de   grâce  depuis  des  siècles  .

Le  buste mondialement connu fut  retrouvé  dans  l' atelier  d'un  sculpteur  de  l'époque  Amarnienne  où les  plâtres  servaient  de  modèles idéalisés pour les  futures   statues  en  pierre   noble.
De face  le visage  montre un oeil  vide , et le  second  en verre  sur lequel  l'artitse  pouvait modifier les  couleurs de  l' iris.
A voir  de   près  on  peut  constater  quelques petites imperfections   osées  par le  sculpteur   pour  humaniser   son oeuvre et son  modèle : quelques  rides   autour  des  yeux et  de   la   bouche, légère  asymétrie  ..Plusieurs  autres    figures  découvertes dans l'atelier  montrent les  différents  stades  d'avancement des  statues , probablement  de  la  reine   ou  de la famille  royale  mais  l'idealisation   les rend    difficilement   identifiables  avec  certitudes .




Akhenaton  (bois)
Nefertiti  calcaire 




















Nefertiti  ou  une de ses  six filles (quartzite)


lundi 23 avril 2012

Impressions de Berlin ...

Quelques   cinq jours  à  Berlin  . C'est  peu   , c'est  déjà  fini,  et  mes  impressions  se limitent  à  ce  que  j'ai pu  voir  .. Mais me  voici  avec  une  prodigieuse  extension  de   mon  espace  souvenirs !
Je  dirais  avec   pourtant  beaucoup  de  respect , que  ce  n'est pas  une " jolie   ville ", elle  a  beaucoup  trop  souffert et de  ce  fait  elle est  déjà  émouvante ,quand  le  jour  dévoile  ses  innombrables  vastes  chantiers où s'affairent   les   gros  engins  curieusement colorés. Le jour  en  effet,  bien  des endroits  sont  éventrés, bien  des  édifices  portent  encore les traces  des  combats  destructeurs , et  l'on  peut  lire les  témoignages  de bien des cruautés issues  de tous  horizons.


Mais la  nuit  elle n'éclaire  que  ses  beautés  et  retrouve  sa   splendeur 




.


Premiers  contrastes  donc  , ceux  du  jour  et  de  la  nuit   , mais  la fascination   s'exerce  aussi à la  lumière du  jour,  dans l'opposition  des  genres  , la profusion  des styles  . C'est une  ville  où  tout  explose   en  couleurs et  en  formes:  classiques les monuments  sont  colossaux , modernes  ils sont tout aussi  excessifs  dans leurs audaces  et tous ensemble   se mêlent  ,se  côtoient  , rivalisent   pour  une  constante  capture  du  regard  ou  la stimulation  de  notre étonnement !












De  grands  espaces  , larges  avenues  rectilignes    ouvrent  sur   de   lointaines  perspectives  commme    l'Unter den Linden menant  à  la  Porte  de   Brandebourg   ou  l'Allée   Karl  Marx .




Dans les  quartiers,  les immeubles   se  développent  aussi  bien  en  hauteur  qu'en  largeur , des tours extravagantes  s'élancent  et semblent   vouloir  dominer  les hauts  clochers  aux fines pointes   gothiques,  On  peut  noter une  alliance répétées ancienne  ou  moderne ,  de  coupoles  et  de construction  cubiques   , des  lignes  brisées  fulgurantes visant  les imposantes  colonnades  des  temples néo-classiques



Les édifices art  nouveau,  , art  moderne , ,  non-art, se  réfugient  dans les ruelles   transversales,  émergent  à chaque  carrefour comme  pour   conquérir  chaque espace laissé  par   leurs  ancêtres  classiques     ou baroques .Le long  de  ce qui  correspond  au  no-man 's land  voisin  du  mur   ,  terrains  en friche  ou  immeubles  à l'abandon   attendent  leur  futur  .



Au centre   ce  mur  est   partout    ; on sent   sa présence  à chaque détour  :   seulement par  quelques  traces au sol  puis   subitement    il  resurgit   dans  une  débauche  de  couleurs   ou  de  graffitis  pour affirmer son  souvenir   , rappeler  ce  qu'il  fut   mais  aussi qu'un  mur  n'a  jamais  arrêté   une idée  .
De  grands ilôts  paisibles   de parcs,  de  jardins    et  de  fontaines   reposent   l'esprit  et le  regard  et  la  Spree   qui  traverse la  ville   retrouve son cours nonchalant   vers l'ouest   ou  elle se  fond dans la   Hasel .

Mon court  séjour  ne m'a pas permis de  tout  voir   évidemment . Nous  avons dû  négliger l'ouest  et  ses  châteaux coquets  pour  préférer  les jardins  du  peuple   (Volkspark  f..... Une balade  sur la Spree nous  a  laissé  apercevoir  les splendides   résidences de la  Chancellerie   ou  des grandes  administrations   , d'une modernité  toujours audacieuse   mais harmonieuse et  sereine  .








Plusieurs   quartiers  sont  particulièrement fascinants   pour   différentes  raisons  ;  le  quartier  Juif   d'abord qu'on  veut surtout   ne pas oublier ,  avec sa magnifique  Neues  Sinagoge et  son  mausolée  à  l'Holocauste   Je l'ai  découvert  dans la semi obscurité  d'un  crépuscule  , un  immense  champ de  blocs   de  pierres grises (grès,  ou granit  ?  ) cubiques aux  arêtes  régulières  absolument  dépourvues  d'ornement;  austère , graves,  qui  suggère que les formes ont  aussi  un  silence  inspirant  respect  et  recueillement....


Au  delà ,  c'est  toujours la nuit  qu'il  faut  découvrir  la  Potsdamer-Platz  avec  son  Sony Center   où  les jeux  de lumière  et  le  les constructions  futuristes   vous projettent  sur une  autre planète






De  jour  cette  fois  un autre  quartier   qui  comprend  le mur  conservé  sur   un  kilomètre  environ  et   que  des  dizaines  d'artistes  ont  recouvert   chacun d'une oeuvre   témoignant  de   leur   symbolisme   personnel .


Le mur  débouche  sur  l'espace  le plus déconcertant  . Je ne  sais  trop  comment  on  le  désigne  , j'ai  lu  centre  culturel  alternatif ,  culture  alternative  .. non-art.. où l'imagination  ne  connait  plus  de  retenue  écarte  avec provocation le  conventionnel.  Pour ma part ,  je ne  dirais pas  que  c'est  beau  mais  c'est  réellement  fascinant  parfois  dérangeant ou  un  peu  inquiétant  ....






Enfin  Berlin  recèle encore   d'autres  trésors  . En  dépit   de la  guerre  et  des bombardements la plupart  des musées ont  été   sauvés  ou  soigneusement   restaurés  . Ils abritent de  somptueuses  collections de  l'antiquité  à nos jours , de la préhistoire   aux temps  contemporains  et font  de  Berlin  un  gardien    à la fois scrupuleux du  passé   et  mécène  de  l'avant-garde, autant  qu'un  témoin  des idéologies contradictoires   dont   elle  porte les  stigmates  de leurs  affrontements..