mercredi 30 janvier 2013

L'oeuf d'or et l'être primordial (mythologie hindoue)

Apparition  des objets individuels , animés  et  inanimés

Au début  l'univers était  entour de ténèbres,  non  perçu,indiscernable, indécouvrable inconnaissable.. 
Alors se montra  le  Seigneur ,irrésistible,existant  en  soi , subtil,  éternel, essence  de tous les  êtres,  indiscernable.Afin de produire de son propre corps,  diverses  créatures il créa les  eaux  et  déposa en  elles  un  germe lequel devint  un  oeuf  d'or, Hyranyagarbha  resplendisssant comme le  soleil
Brahmâ ancêtre de tous les mondes y  prit  naissance.
Après  avoir  séjourné dans l'oeuf  celeste pendant un  an il  le divisa en  deux par l'action  de  sa seule pensée  .
 La moité supérieure   devint la voute  celeste ou  divine,  la moitié  inférieure la  sphère  matérielle ou  terrestre.
Entre les  deux  vinrent  se situer l'atmosphère, la terre  flottant  sur les  eaux  et les   dix points cardinaux  .

Ici  je m'interromps   car    je  songe  à  cette  autre  cosmogonie   si  éloignée  de  celle-ci  dans le  temps  et l'espace  ,  celle qu'on  trouve  dans le   Kalevala finlandais:

               Elle ( Ilmatar) secoua son genou,
               Etendit brusquement ses membres ;
               Les œufs roulèrent dans les ondes ,
               Disparurent au sein des vagues ;
               Ils se brisèrent en morceaux,
               Furent réduits en mille miettes.
               Ils ne churent pas dans la vase,
               Ne restèrent point dans les flots ;
               Tous les morceaux se transformèrent
               En choses bonnes et utiles :
               Le bas de la coque de l’œuf
               Fut le fondement de la terre,
               Le haut de la coque de l’œuf
               Forma le firmament sublime,
               Le dessus de la partie jaune
               Devint le soleil rayonnant,
               Le dessus de la partie blanche
               Fut au ciel la lune luisante ;
               Tout débris taché de la coque
               Fut une étoile au firmament,
               Tout morceau foncé de la coque
               Devint un nuage de l’air.
               Le temps avança désormais
               Les ans succédèrent aux ans
               A la clarté du soleil neuf
               Aux rayons de la lune neuve ;
               Mais la vierge nageait toujours 
 ...
Après  cette parenthèse, retour   2 voir   3   (+ ?)  mille ans  en  arrière  ...
De l'oeuf  d'or  brisé ,   jaillit  l'être primordial Purusha avec  mille cuisses,   mille bras,  mille  bouches , mille yeux ,  mille visages  ,  mille  têtes .Selon le   Rig-Véda il  est  l'univers tout  entier.  
Par  son  sacrifice  de chacun  de  ses  membres  divisés  naissent  les  series  d'entité   qui  se  correspondent   sur  les différents plans  de la création . 
De sa  bouche  sortent la caste  des brahmanes; la parole,  Agni et  les dieux en  général et les  chèvres.
De ses  aisselles  naissent les   saisons. 
De ses bras  sortent la caste  des guerriers, Indra et les moutons.
De son  abdomen  jaillissent  les  démons
De ses cuisses sortent  la caste des marchands  et le  gros bétail 
De ses pieds  sortent la  terre   et  les  travailleurs manuels et les  chevaux.
Le Soleil  sort de  son oeil, la  Lune de son âme, l'atmosphère  de son nombril , le ciel  de  sa tête et  ainsi  de  suite.
Après  quoi disent les  Ecritures" ayant   formé tout  ce qui  existe  et les points  cardinax, cet être  primordial,  premier né du  sacrifice  entre lui-même  avec lui  même. Façon  imagée  de  faire  comprendre que le  divin  habite   et  imprégne  totalement l'unvers qu'il  a  tiré de  sa propre  substance.
Selon un  autre mythe   dieu  est une  araignée  sécrétant un  fil   interminable, il en tisse une  toile et  ensuite habite  cette  toile  .




vendredi 25 janvier 2013

Mythologie de l'Inde

Mythologie  de l'hindouisme  

Une mythologie   aussi  complexe  que   l'Univers
Les dieux  s'y comptent par millions ; chacun  d'eux  a des fonctions variées  et portent beaucoup  de   noms  différents .

La création  des  mondes   

quelques   règles  :

L'Absolu  Il ne faut pas perdre de  vue   que la mythologie   hindoue  a  pour  base   non seulement le   monotheisme  mais   le  monisme    ou  plus  exactement le  non-dualisme, c'est à  dire la conviction  que tout  ce qui  existe  se  ramène   dans sa réalité  dernière à l'Un  , l'Absolu .
L'Un ,  l'Absolu , Celà , ou  Brahman, est par  sa nature   même  impossible  à   représenter .Ce  qui  s'en  rapproche le  plus est le   prânava, syllabe  sacrée entre toutes ; Ôm et  graphiquement   les   caractères  d'écriture employés  pour le  designer.
"Tout  celà  est   Brahman" disent les  ecritures
"Le Brahman  est  vérité, le monde  est illusion" .

Dans les périodes où  l'absolu n'est pas manifesté  , le monde n'existe pas  ,  l'un  n'est pas  devenu  multiple,  il  n'y  a ni  nature  ni âme humaine , il  n'y a même pas encore  de dieu  personnel au  sens  de la  doctrine  chrétienne. Cet  absolu  statique  apparait   souvent  sou s les  traits  de   Vishnou 


Vishnou  est  couché sur un océan  de lait  infini  et immobile , étendu  sur  un   cobra (Ananta= éternité ou absence  de  temps  )
Sa  puissance de  manifestation  est  représentée par  son  épouse  sa   Shakti ou  Lashmi déesse de l'abondance  et  de  l'harmonie.
 Du nombril  de   Vishnou  s'élève  une  longue  tige   que  fait onduler  la force vitale   Vâyu et  qui  porte une fleur  de  lotus rose  sur  laquelle  est  assis   le premier   aspect  divin  appelé à  jouer un  rôle  concret . C'est le créateur  que l'Inde appelle  Brahmâ, ou  l' Ancêtre primordial .Il a quatre  bras dont  chaque main  tient un livre et  quatre  bouches dont  chacune  récite  l'un  de  ces livres .Ce sont les lois eternelles,  les Védas auxquelles il  doit  se  conformer  dans  l'exécution  de  sa  tâche.
Ces lois  ,les   Vedas  sont   antérieures à  la  cration  du  monde  .
Le  créateur  doit   apprendre  à  en  comprendre  le  sens   , le but  et l'origine. Sa recherche   il  l'effectue  à  l'intérieur  de lui-même   où  il  rencontre    Vishnou.
"Pour les hindous  en  effet   la recherche  intérieure est  la seule  qui  puisse  réveler   ce  qui  est mportant , la connaissance  du  monde  extérieur  ne pouvant  nous  donner  qu'une  vision superficielle  . Nécessité de  la méditation,  des  austérités et même  du  sacrifice, en  particulier avant  toute  création est un des  leitmotiv  des écritures sacrées de  l'Inde  et les dieux y  sont  également   soumis "
Après  cette première  étape   des principes  fondamentaux et  éternels    l'étape  suivante  est  celle  où apparaissent  les dualités-polarités , les oppositions.

Dieux et  démons
Indra  rois  des  dieux  et   Vairochana roi  des démons sont instruits  conjointement par  Brahmâ mais  chacun   comprend  dans  cet  enseignement  unique   le  rôle  qui   lui  est  assigné dans le  Cosmos.

Le mythe du barattement de  l'Océan
Une fois  cette  dualité  (ou  plutôt   polarité )  apparue , du  dieu  et  du  diable,  la multiplicité peut  se  manifester, celle des  principes secondaires qui   permettront   la naissance des   êtres,  du mouvement,  des objets individualisés.L'océan  de  lait  devient  protomatière  et protoenergie où se  cristalliseront  les individualisatins  .
Vishnou  a  pris  la  forme  d'une  tortue   fournissant  la   base  stable  sur  laquelle  se  tient   l'axe  du  monde  le mont Mandara.
Le serpent  Ananta  devenu Vâsuki   principe  de  l'omniprésence   , de   l'extension, s'enroule  autour  du  mont Mandara  . Indra  tirant  sur  la  tête  et  Vairochana sur  la  queue  , imprime  un   mouvement rapide  de  rotation qui  baratte l' océan  de lait   et  en  fait jaillir  les  éléments  de la Création .: immortalité   /eternité,  beauté, ivresse  de  la  joie , douceur ,  force  vitale(représentée par  un  cheval ) force  physsique  (représentée par  un  éléphant ), les  armes   et  pour mettre le point  final  un poison  auquel  il  n'existe pas d'antidote  .
 .....

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Barattage_de_l'ocean_de_lait.jpg

Seven Years in Tibet


Rencontre de l'orient  et de  l'occident  sur le  toit  du  monde




"Plus le voyage  est difficile  , plus grande est la  purification "


Mais c'est  aussi   un  film  qui  nous  offre une  séquence  inoubliable  sur la montagne, sur  les  devoirs de chacun   dans une cordée  , sur la responsabilité .


samedi 19 janvier 2013

la légende dorée du Bouddha

Dernière  séance    de  l'Ecole  du  Louvre   où nous  avons  eu  le  plaisir  d'écouter   Thierry Zéphir  Ingénieur   d'études   au Musée   des  arts   asiatiques   Guimet  .
Je n'en  restitue  qu'une  toute petite   partie   avec  le  risques    d'erreurs   personnnelles  dûes à  mauvaise  interprétation  de ma part  .
Avant  tout  j'ai  été  très surprise    d'apprendre  que   les représentaions   anthropomorphiques  du   Bouddha n'ont  été   autorisées  que  tardivement   .
  Durant  les premiers  siècles   de  cette   philosophie-religion  nous   sommes  en  présence  de symboles  ou de représentation   aniconique pratiquement  jusqu'à l'ère  chrétienne :
Le trône  vide  (Musée  Guimet 
La roue  de  la  loi bouddhique

 Darmacakra  ou roue du   dharma
http://fr.wikipedia.org/wiki/Noble_Chemin_Octuple

 Le "Noble Sentier Octuple", symbolise les huit pratiques justes.

Le  Stupa 
A l'origine,   tumulus funéraire  , le  stupa  est   une  structure  architecturale  bouddhiste à  la fois  representation  aniconique et  monument  commemoratif  de  fin  d'existence du   Bouddha



A partir de l'Ere chrétienne l'image ou la statuaire fixe une iconographie stable extrèmement codifiée en dépit des quelques variantes selon l'aire géographique qui peuvent aussi traduire les les tendances plurielles de la religion bouddhiste .

Les gestes , les postures, les expressions ont un sens ; de mêmes que les lieux .

La tête  du  bouddha  

    Expression  de   sérénité  bienheureuse, yeux  clos et  sourire    attestant  le  retour  sur  soi   .
Caractéristiques  : image  stéréotypée,   une  excroissance sur  le  sommet  de la tête  est le  symbole  de la connaissance supérieure   , les   oreilles allongées   font  allusion à  l'origine  princière  de  Bouddha  , loupe de poils  entre les sourcils (j'ai  oublié le  sens  )
La main  

Lorsqu'elle  est  tournée  vers l'exterieur  elle   porte  le  plus souvent    la marque de  la  roue  de  la  loi  .   . Beaucoup  de  ces  signes  qui  n'étaient  que peints ont   disparu.

Quatre  postures  

Boudddha  marchant  


correspond    au retour   de  Bouddha  dans  le monde  des vivants  où   il  prodiguera son  enseignement  vers l'Eveil

Bouddha debout 


Position  frontale  et   costume  monastique   
selon les  régions   l''épaule est ou  non découverte   

Bouddha  assis 







Bouddha couché
La fin  d'existence  de  Bouddha  par  laquelle il  échappe  au cycle  des réincarnations   pour  atteindre  le  Parinirvana
(Le  nirvana  étant   l'état  d'absence  de souffrances  auquel  accède  l'Evéillé  .)



Les  gestes  ou  "Mudra 


Les deux mains  devant  la poitrine ,  le   Bouddha  met  en mouvement   la  roue  de  la  loi 
(enseignement)




Debout   ou  assis  , la main droite  levée
Est  la  main  qui  rassure   .
 Main  droite   baissée  c'est le  don  ,


Position  assise,  la main droite abaissée   entre  en contact  avec la  terre : Juste  avant l'éveil   Bouddha  prend  la terre à  témoin  de sa transformation .
La position  assisse   est par  excellence la position  de la  méditation, plus  ou moins   profonde selon  la   position des pieds sur les jambes  opposées.

En  dehors  de  ces  représentations    symbolistes ou stéréotypées du   Bouddha ,  cette  religion  a  développé    un  vaste  art  iconographique    , scènes   narratives  ou   signifiants  abstraits  illustrant   les  différentes  étapes de  la vie de  Siddharta  jusqu'à  son  éveil  et  mêlant   le légendaire   à  l'histoire dans  les cycles de  réincarnations, qui en sont  le  pivot  .
L'enseignement   de  la  doctrine donne lieu  également  à  de vastes  tableaux descriptifs particulièrement  riches   dans la   Bouddhisme tibétain .



Thangka ou Mandalas Tibétains

(diagrammes mystiques symboliques)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Thangka

lundi 14 janvier 2013

William Blake "Visions des filles d'Albion"

Visions des filles d'Albion




Le texte et les images  du  poème  de  Blake  (1795) traitent  de   deux sujets brûlants  de la pensée   politique  du   XVIIIème s : l'esclavage et  le  féminisme  . La vierge  Oothoon "tendre  âme  de l'Amérique  " est   violée   par  le  maître  des  esclaves  Bromion , puis  détachée  de son  bien-aimé Théotormon.

Dans la mythologie complexe de Guillaume Blake,Albion est l'homme primordial dont la chute et la division ont pour résultat Quatre Zoas : Urizen,TharmasLuvah/Orc et Urthona/Los. Le nom provient du nom ancien et mythologique de la Grande-Bretagne, Albion.
http://fr.wikitranslation.com/en/Albion_(Blake)