mercredi 30 septembre 2015

Bartok Concerto pour piano n°3


Adagio
par 
Orchestre Symphonique de Birmingham
Direction.- Sir Simon Rattle
Soliste.- Andras Schiff (Piano)
Merci  pour cette excellente vidéo.

Je ne me lasse pas d'écouter ce mouvement en particulier ! Le 1er mouvement est délicieux mais cet adagio est sublime ! Une pure  merveille !


lundi 28 septembre 2015

Emily Brontë , poèmes




 Cahiers de   poèmes

(Edition  bilingue)

15
(le cahier  E.J.B.)

L'amour est  comme l'églantier,
L'amitié , comme le  houx
Le  houx est  sombre quand l'églantier  fleurit,
Mais lequel fleurit  le  plus constamment ?

L'églantier  au  printemps a  du charme,
L'été ses fleurs embaument l'air
Mais attends que  revienne l'hiver
Qui trouvera  beau  l'églantier  ?

Alors dédaigne sa futile  guirlande
Et  pare-toi du luisant houx
Ainsi, quand  décembre flétrira  ton  front
Au  moins  il  laissera verte  ta  couronne.

29
(le cahier  E.J.B.)

Mort, qui  frappas alors que je   me fiais  le  plus
A ma Foi   assurée  en la joie  à  être;
Frappe encore  ,  branche  flétrie du  Temps qui  bifurque
De la racine  verte de  l'Eternité !

Les feuilles sur la branche  du Temps, poussaient  vives
Gorgées de sève, argentées de rosée;
Les  oiseaux, sous son  couvert , au soir  se  rassemblaient;
De jour,  autour de ses fleurs , volaient les abeilles.

Le chagrin  passa, arrachant  la  fleur  dorée,
La  faute dépouilla le  feuillage de sa gloire;
Mais dans le  sein  généreux des  parents
Coulait le  flot réparateur  de la Vie...

Je ne  pleurai guère sur  la joie disparue,
Le nid désert et  le silence  du chant;
L'espoir était là,  rieur il chassait ma tristesse,
Murmurant :  "L'hiver ne s'attardera  point."

Et voici  le   printemps, de sa grâce fructifiante
Orna  le  rameau alourdi  de  beauté;
Le vent et  la  pluie, la chaleur  aux caresses ardentes
Le couvrirent de gloire  en son  second  mai

Là-haut il  montait,  à l'abri  de tout  chagrin  ailé,
Son éclat faisait fuir  à  distance le  péché;
L'amour, sa vie  même avait pouvoir  de le  garder
De tout mal,  de  tout   ravage hormis le  tien !

Mort,  les jeunes feuilles sèchent  et  dépérissent !
Le doux air  du  soir peut  encor  guérir
Non,  le  soleil  du matin se moque de ma détresse
Pour  moi  jamais  plus  le  Temps n'éclora.

Foudroie-le !   que  d'autres  branches  fleurissent
Où se  trouvait ce surgeon  détruit;
Que, du  moins, son cadavre  pourrissant nourrisse
Le tronc d'où  il  a  jailli,  l'  Éternité.


Cahier  Emily  Jane Brontë

(poèmes de  Gondal)


8
Ecrit au château  d'Aspin

Oh comme  j'aime  par  les  nuits d'été
M'asseoir derrière ce  porche  normand
Dont  le sombre  portail cache les  lueurs
Qui sur moi vont  toujours s'épaississant !

Oh  comme j'aime entendre les eaux
De l'Aspin  murmurer  doucement
Et des  heures durant  écouter la brise
Soupirer dans les arbres de  Beckden.

Ce soir,  il  n'est pas de vent  pour  éveiller
La moindre  ride  sur le  lac solitaire.
Ce soir des nuages grisâtres voilent
La clarté de la  lune  et  des étoiles

Tout  est  calme, silencieux, lugubre presque
Si  profonde est la solitude ;
Mais  j'aime  ici  m'attarder  pour modeler
Mon  humeur  sur  celle  de  la  nature  -

Il est sous  les rochers  un  chemin  sauvage
Épousant  la courbe de la berge
Tout piétiné  par  les troupeaux de  montagne
Qui  viennent   boire  errants à  la rivière

Sous  la falaise et l'arbre noueux
Jamais plus féerique sente
Ne sinua devant mes  yeux
Mais des bergers d'ici nul
Au grand  jour, sous  le  gai  soleil,
N'en  foulera  les  méandres  seul

Bien  moins,  à  l'heure  pensive  où  le  soir
Fait taire l'oiseau, referme la fleur
Et  donne  à  l' Imagination  un  magique  pouvoir
Su toute chose  familière

Car  au coin de  leurs  âtres  on raconte
Et chacun  des auditeurs  l'atteste
Qu'en  cet  endroit   erre  un  pâle  fantôme
Aux  yeux  irréels, d'un bleu  de  rêve -

Toujours  il  marche la tête inclinée
Ses longues boucles lisses dans  le  vent
Son visage est beau  - oh, divinement,
Mais sur  ce front  d'ange  pèse  l'ombre
D’un désespoir  profond tel  que  jamais
N'en  pourrait connaître  le  divin

Que  de fois  m'attardant  au  clair  de lune
J'ai guetté seul pour  voir  surgir  ce spectre
Et  parmi brume et  rochers aperçu
Ses cheveux lustrés, ses yeux  solennels

C'est le premier   seigneur  du  gris  Aspin,
Murmurent les anciens  en  secret,
Qui  hante ainsi  son  château

Mais  pourquoi - près de sa tombe  là-bas
A mille lieues par-delà l'océan -
Sous  la  voûte du  ciel  anglais
Où ses cendres  sont   exilées
N'erre-t-il  pas  plutôt ?

J'ai vu  son portrait dans la grande  salle,
Sur  un  mur à l'est il  est  suspendu
Et souvent  quand  le  soleil  décline
L'image  comme un ange resplendit -

Et quand  bleu  et   glacé  le  clair  de lune
Pénètre  à  flot  par  les  croisées spectrales
Cette  image  est  comme  un spectre elle  aussi _

La salle est  emplie  de portraits  précieux;
Là  se  mêlent  mystère et  beauté -
A droite du  sien , une belle  enfant
Regarde en son cadre  doré.

Tout pareils  sont  ses cheveux bouclés
Son  grand  œil noir   à  la sombre  lumière
Son teint  pur, la blancheur de  son front
Et  pareil  est son  noble nom -

Fille divine !  son  regard  pouvait-il
Tomber froid  sur  ton  visage  sans égal  ?
Et n'a-t-il  jamais  souri  de  se  voir
Ainsi  rendu  à la  petite enfance ?

N'a-t-il  jamais  écarté ce  flot  doré
De boucles - pour baiser ce front  de  nacre
Et senti  qu'aucune  joie  terrestre
N'atteignait  à   ce  baiser  paternel ?

Non;- car  tournez-vous  vers  le mur   ouest
Là trône  l'idole  de   Sidonia !
Dans tout  son orgueil,  toute sa gloire !
Et en vérité  elle semble  un  dieu
Le dieu  des rêves  d'un  être en  délire
Voilà donc  celle  pour  qui  il  est mort
Et  pour  qui  sans  pardon,  sans abri
Son  esprit  erre exclu du  paradis
Un  proscrit  pour l'éternité -

Ces  yeux sont  cendres - de  glaise  ses  lèvres.
Cette forme  s'est  pourrie  tout  entière
Ni  pensée, ni sentiment, ni  pouls, ni souffle
Tout est dévoré  et  perdu  dans  la  mort !

Il n'est pas de ver  aussi  vil  soit-il
Qui  vivant,  aujourd'hui  ne soit plus noble
Qu'elle - la reine  idole   de Lord  Alfred
Si  aimée - si  adorée, voici  longtemps -

Ô partons d'ici ! Le porche  normand
S'argente  d'une  soudaine  lueur -
Laissons  ces  rêveries sur les choses d'antan
Pour le  divin  visage  de  la  nature -
Sur  bois et  brandes , sur  ondes et  cimes
Sur  le  lac qui  scintille et le  val  qui  luit
La lune  des  moissons  rayonne

Quand le  ciel  sourit  d'un  lumineux amour
Et que la terre, éblouissante,  le   regarde
En  pareils  lieux, par une  nuit  pareille
Ses enfants ne  devraient pas s'assombrir-

(20 Aout  1842- 6 fevrier  1843)

jeudi 24 septembre 2015

Image d'automne

Dans  son  éternel  recommencement ,  l'invariable  retour  des saisons ,  la   nature ne nous déçoit jamais  ...

Un tel  spectacle me  comble  absolument ..

mercredi 16 septembre 2015

Guy Beart - LA VERITE

OEdipe, iconographie




Vase grec  Musée du  Louvre
Œdipe sauvé  par   le  berger  Phorbas (Chaudet 1763-1810)


Ingres  :  Œdipe et le   sphinx


G. Moreau  :  Œdipe  et  le   sphinx

G. Moreau  : étude  pour  la  tête  d’œdipe



Œdipe roi  représentation  moderne

Œdipe  à   Colone par le sculpteur   Hugues

lundi 14 septembre 2015

La strada



de Federico  Fellini
sortie  en  1954 
avec
Giuletta Masina : Gelsomina
Antony Quinn :  Zampano
Richard  Brasehart  : il matto  (le fou)
Musique :  Nino  Rota



La strada  s’inscrit  par l’époque de sa création  dans  le  courant  du   néoréalisme  italien  . Fellini  situe  l’histoire  dans l’Italie  d’après guerre  dans  un  univers  portant les stigmates  du récent  conflit  ,  cités détruites  ou  en  reconstruction chaotique  , où  survit  une population aux frontières de  la misère  et  de la  pauvreté  , sédentaires  écrasés par  les emplois précaires  et gens du voyage, marchands   ambulants et  petits cirques  itinérants , prostituées et vagabonds.
Mais le réalisme   à  mon  avis   s’arrête  là,  dans  la construction  du  décor .  Si le comique  , le burlesque, le grotesque  figuraient  bien  dans le  projet jamais  ils  n’échappent  à  la  mélancolie  dominante  . Comme  dans les  Mystères  du théâtre   médiéval et en cela  caractérisé  par   la musique  de   Nino  Rota  , construite  sur  deux thèmes exclusifs , ils  ne  servent  que  d’interlude dans le déroulement  du récit 
Le scénario  met  en  scène  trois personnages qui  dans  la qualité  de leur  interprétation  s’élèvent  au rang  de   personnages archétypaux   et  vont révéler  un chef-d’œuvre inclassable oscillant entre idéalisme   et  symbolisme, réalisme cruel  parfois ,  mais  dans  une  fusion  globalement   poétique qui s’étend   jusqu’aux  métamorphoses  des paysages accompagnant l’évolution  du  drame.
Antony Quinn incarne  magistralement   le   personnage  du taciturne   Zampano ,  la brute totale,   aux réactions  animales et primaires qui domine  ce petit  monde   par   la force  physique  .  Tout son bien   enfermé dans une  misérable   cabane  juchée sur  sa  moto  ,  il va de  village en  village   exhiber  sa force et ses  muscles dans son  numéro  de   « briseur de chaines ».
La misère lui  a attribué une partenaire  en tous points son  opposé.  Gelsomina (Giuletta Masima ) lui a été vendue par sa mère pour se décharger  d’une   bouche de trop  à  nourrir . Un peu simplette Gelsomina suit   Zampano   et   dans son innocence d’adolescente , la jeune  fille calme son  chagrin de  la séparation  par  ses espoirs d’évasion et d’aventure . Bien  vite  elle découvre la nature brutale de l’homme et son insensibilité . Plutôt qu’angélique  Fellini  appuie  dans ce personnage  , sur la douceur   féminine et l’insouciance  de  l’enfance, ces traits de caractère qui  permettent  de  traverser   les épreuves  sans être   perverties par celles-ci .
A hypocondrie  de Zampano répond  la fantaisie  enfantine  de  Gelsomina , comme  la lumière  s’oppose  aux ténèbres , la générosité à  l’égocentrisme et chaque étape de leur  voyage exploite   ce dualisme des personnages .
Dans  ce tableau en  noir  et  blanc  l’apparition d’un troisième   personnage va remettre en cause  cet  équilibre  pervers : il matto  , le fou, vieux  rival  de   Zampano.
C’est un funambule, à la fois  musicien  et  poète . Funambule, il sait la  précarité de   la vie ;  poète, il a la tête dans  les étoiles,  musicien il accède à la  beauté. Gelsomina se  sent irrésistiblement  attirée par le  Fou et Fellini en sous-créateur, insiste  sur  l’harmonie   parfaite des deux personnages en nous offrant   le plus  beau  passage  de  son  œuvre  , ce moment où les deux  personnages  se  découvrent, où des  possibles  lumineux se   dessinent , et où la sagesse   du  fou  s’inclinant  devant  la réalité  met  un terme au  rêve  à peine   ébauché. 
Dans un  émouvant   discours  , sur le sens de  la vie et l’harmonie du  monde , «Tout à forcément sa place  dans  l’univers, y compris  ce modeste  caillou… sinon  à  quoi  serviraient  les étoiles »,   il Matto  généreusement  s’efface  et respecte la  loyauté de  Gelsomina qui semble destinée  à  Zampano . « Qui  resterait   avec  Zampano  si tu n’étais  pas  là ? »….
Après  une nouvelle et  violente  altercation  entre Zampano  et  le  fou dont l’insouciance  le   pousse  à  la provocation, le couple et   le fou  se  séparent jusqu’à   ce que le  hasard provoque une   ultime  rencontre :
Sur  la route  la voiture   du Fou  est  arrêtée ,  un pneu  crevé .  Zampano  encore  sous   le  coup de sa  colère  ne  peut   s’empêcher  de   descendre  de  sa  machine  pour  en   découdre  une   nouvelle  fois  avec  son  rival. Après quelques  échanges  de  coups  la  tête  du   Fou  vient   heurter  une   arête métallique   Il est mortellement  blessé et  va  s’écrouler  un  peu  plus  loin  , mort .
Gelsomina  a assisté  impuissante  à  la scène  et   tandis que   Zampano  s’emploie à dissimuler  les traces de  son  crime  ,  elle   sombre   dans la folie .
Zampano accusant  le   hasard  chasse   tout remord de  son  esprit  . Durant  plusieurs semaines  , espérant  en  la guerison  de   Gelsomina  , il  les  mène   à travers les  montagnes ,sur les chemins  glacés par  l’hiver   dans une  fuite sans  espérance . Il finit  par  abandonner   Gelsomina sur  le  bord  de  la route , toujours en  proie   au  délire .
Plusieurs  années s’écoulent et   Zampano  continue  sa vie  errante  et  solitaire  , de plus en  plus  taciturne  . Un  jour  l’air  que  jouait   Gelsomina  le   rattrape  dans  un  village . Là il apprend   la fin de  Gelsomina .
Fellini termine son  film  sur    le désarroi  de  Zampano , écrasé  par  sa  solitude, levant   pour la  première  fois son regard  vers  les  étoiles , dans une probable   prise  de  conscience de la  médiocrité  de  son  existence  .















































dimanche 6 septembre 2015

Rodin : la main de Dieu

Rodin  , la main de   Dieu


"Le grand  point est  d'être  ému, d'aimer, de  frémir, de  vivre. Etre   homme  avant  d'être  artiste" (Rodin )