jeudi 2 juin 2011

La stazione di Zima -Roberto Vecchioni


La stazione di Zima


Je vais  m'essayer  à  la traduction ..  Je pressens une  petite  merveille  de  poésie.... Intuition  féminine !

 Voilà  :  j'ai   fais  un  effort  , je ne garantis  pas la qualité  mais   je  crois  que  le sens  ne  m'échappe pas  trop . Vous   pouvez  me  proposer   mieux  -)) 

Mon intuition  était  bonne  ,  cette  chanson  est  magnifique  et  rejoint  ma  hantise  de  la  goutte  d'eau  fondue  dans un  océan fut-il  de  félicité .(notre pauvre   orgueil humain !) .


La stazione  di  Zima

C’è un solo  vaso di  gerani
Dove  si  ferma il treno,
e un  unico  lampione,
Che  si spegne se lo  guardi ,
E il  più  delle  volte
Non c’è ad aspettarti  nessuno ,
Perché è sempre
Troppo presto o troppo  tardi.

IL  y a   seulement  un  pot  de  géranium  , là ou  s’arrete  le  ...et  un seul lampadaire qui  s’éteint  lorsque tu  le  regardes  et la plupart  du temps  personne  ne  t’attend parce qu’il  est toujours trop  tôt  ou trop tard.

   Non   scendere –mi  dici-
 Continua  con me questo  viaggio
E cosi sono  lieto  di  apprendere
Che  hai  fatto il  cielo
E  miglioni di  stelle inutili
Come un messagio ,
Per  dimostrami  che  esisti
Che   ci  sei davvero 

Tu me dis  de ne pas  descendre , que tu  continues  le voyage  avec moi  et  aussi  je  suis  heureux  d’apprendre que  tu  as  fait le  ciel et  les millions  d’étoiles inutiles  comme  si  c’était  un  message pour me   prouver  que  tu existes   et que c’est vrai.

Ma  vedi  il  problema non  è
 Che  tu ci sia o  non  ci  sia
Il  problema è la mia  vita
Quando non  sarà più la mia,
Confusa in un abbraccio
Senza fine,
Persa  nella  luce  tua, sublime
Per  ringraziarti
Non so di  cosa e  perché

Mais  vois-tu  le problème n’est pas là . Que  tu sois  ou que tu ne sois pas ; le problème  c’est  ma vie,  quand   elle ne m’appartiendra plus  ,  dissout  dans une  étreinte   sans  fin , perdu dans  ta lumière pour  te remercier   je ne sais  de  quoi  ni  pourquoi  .
 
Lasciami
Questo  sogno disperato
Di  esser uomo
Lasciami
Questo  orgoglio smisurato
Di  esser  solo  un uomo
Perdonami,Signore,
Ma  io  scendo  qua
Alla stazione  di  Zima

Laisse-moi  ce  rêve  desespéré  d’être un homme. Laisse- moi  à cet orgueil  démesuré  d’être  seulement un homme. Pardonne-moi  Seigneur, mais je  descends  ici  à la  gare  de Zima
Alla stazione di  Zima
Qualche  volte  c’è il  sole
E allora usciamo tutti a guardalo
E a tutti viene in  mente
Che  cantiamo la  stessa  canzone
Con  altre parole
E  che ci facciamo male
Perche non ci capiamo  niente.

A la gare  de Zima , parfois  il   y a du  soleil  et  alors  tous  , nous sortons pour le  regarder et  à tous  nous vient à l’esprit  une même  chanson  que  nous  chantons  avec nos propres  paroles et  si  nous le  faisons mal   c’est  que nous n’y comprenons rien .
E  il tempo   no s’innamore due  volte
 Di  uno stesso  uomo
Abbiamo la  consistenza lieve delle foglie
Ma ci  teniamo  la notte per mano
Stretti  fino all’abbandono,
Per non morire  da  soli
Quando il  vento ci  coglie .

Et si nous   n’aimons pas   deux  fois   le même  homme(nous ne pouvons  avoir  un seul amour ?  )   nous avons la consistance légère des feuilles mais  la nuit nous nous  tenons étroitement  par  la main jusqu’au  bout   pour ne  pas  être  seul   quand le vent   vient nous cueillir .
  
Perché  vedi ,  l’importante non è
Che tu  ci  sia o  non ci  sia.
L’importante  è  la mia vita
Finché sarà  la  mia
Con  te  Signore
E tutto  cosi  grande
Cosi  spaventosamente grande
Che  non è moi, non  fa  per me.

Parce que  tu  vois,  l’important  n’est pas  que  tu existes  ou  que  tu  n’existes pas .
L’important  est ma  vie, tant  que  ce  sera la mienne . Avec  toi  Seigneur tout  est  si  grand, effroyablement  grand que  ce n’est  pas à  ma mesure  ,  ce n’est  pas  fait  pour  moi
Guardami ,
Io so  amare soltanto come  un  uomo ;
Guardami
A malapena  ti  sento,
E tu  sai  dove  sono ..
Ti aspetto  qui , Signore
Quando  ti  va,
Alla stazione  di  Zima  .

Regarde-moi, Je sais aimer seulement comme un homme  ;
Regarde-moi je t'entends à peine, et  toi  tu sais où je suis.
Je t'attends ici, Seigneur  quand tu  passeras  à la  Gare de Zima.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire