lundi 23 avril 2012

Impressions de Berlin ...

Quelques   cinq jours  à  Berlin  . C'est  peu   , c'est  déjà  fini,  et  mes  impressions  se limitent  à  ce  que  j'ai pu  voir  .. Mais me  voici  avec  une  prodigieuse  extension  de   mon  espace  souvenirs !
Je  dirais  avec   pourtant  beaucoup  de  respect , que  ce  n'est pas  une " jolie   ville ", elle  a  beaucoup  trop  souffert et de  ce  fait  elle est  déjà  émouvante ,quand  le  jour  dévoile  ses  innombrables  vastes  chantiers où s'affairent   les   gros  engins  curieusement colorés. Le jour  en  effet,  bien  des endroits  sont  éventrés, bien  des  édifices  portent  encore les traces  des  combats  destructeurs , et  l'on  peut  lire les  témoignages  de bien des cruautés issues  de tous  horizons.


Mais la  nuit  elle n'éclaire  que  ses  beautés  et  retrouve  sa   splendeur 




.


Premiers  contrastes  donc  , ceux  du  jour  et  de  la  nuit   , mais  la fascination   s'exerce  aussi à la  lumière du  jour,  dans l'opposition  des  genres  , la profusion  des styles  . C'est une  ville  où  tout  explose   en  couleurs et  en  formes:  classiques les monuments  sont  colossaux , modernes  ils sont tout aussi  excessifs  dans leurs audaces  et tous ensemble   se mêlent  ,se  côtoient  , rivalisent   pour  une  constante  capture  du  regard  ou  la stimulation  de  notre étonnement !












De  grands  espaces  , larges  avenues  rectilignes    ouvrent  sur   de   lointaines  perspectives  commme    l'Unter den Linden menant  à  la  Porte  de   Brandebourg   ou  l'Allée   Karl  Marx .




Dans les  quartiers,  les immeubles   se  développent  aussi  bien  en  hauteur  qu'en  largeur , des tours extravagantes  s'élancent  et semblent   vouloir  dominer  les hauts  clochers  aux fines pointes   gothiques,  On  peut  noter une  alliance répétées ancienne  ou  moderne ,  de  coupoles  et  de construction  cubiques   , des  lignes  brisées  fulgurantes visant  les imposantes  colonnades  des  temples néo-classiques



Les édifices art  nouveau,  , art  moderne , ,  non-art, se  réfugient  dans les ruelles   transversales,  émergent  à chaque  carrefour comme  pour   conquérir  chaque espace laissé  par   leurs  ancêtres  classiques     ou baroques .Le long  de  ce qui  correspond  au  no-man 's land  voisin  du  mur   ,  terrains  en friche  ou  immeubles  à l'abandon   attendent  leur  futur  .



Au centre   ce  mur  est   partout    ; on sent   sa présence  à chaque détour  :   seulement par  quelques  traces au sol  puis   subitement    il  resurgit   dans  une  débauche  de  couleurs   ou  de  graffitis  pour affirmer son  souvenir   , rappeler  ce  qu'il  fut   mais  aussi qu'un  mur  n'a  jamais  arrêté   une idée  .
De  grands ilôts  paisibles   de parcs,  de  jardins    et  de  fontaines   reposent   l'esprit  et le  regard  et  la  Spree   qui  traverse la  ville   retrouve son cours nonchalant   vers l'ouest   ou  elle se  fond dans la   Hasel .

Mon court  séjour  ne m'a pas permis de  tout  voir   évidemment . Nous  avons dû  négliger l'ouest  et  ses  châteaux coquets  pour  préférer  les jardins  du  peuple   (Volkspark  f..... Une balade  sur la Spree nous  a  laissé  apercevoir  les splendides   résidences de la  Chancellerie   ou  des grandes  administrations   , d'une modernité  toujours audacieuse   mais harmonieuse et  sereine  .








Plusieurs   quartiers  sont  particulièrement fascinants   pour   différentes  raisons  ;  le  quartier  Juif   d'abord qu'on  veut surtout   ne pas oublier ,  avec sa magnifique  Neues  Sinagoge et  son  mausolée  à  l'Holocauste   Je l'ai  découvert  dans la semi obscurité  d'un  crépuscule  , un  immense  champ de  blocs   de  pierres grises (grès,  ou granit  ?  ) cubiques aux  arêtes  régulières  absolument  dépourvues  d'ornement;  austère , graves,  qui  suggère que les formes ont  aussi  un  silence  inspirant  respect  et  recueillement....


Au  delà ,  c'est  toujours la nuit  qu'il  faut  découvrir  la  Potsdamer-Platz  avec  son  Sony Center   où  les jeux  de lumière  et  le  les constructions  futuristes   vous projettent  sur une  autre planète






De  jour  cette  fois  un autre  quartier   qui  comprend  le mur  conservé  sur   un  kilomètre  environ  et   que  des  dizaines  d'artistes  ont  recouvert   chacun d'une oeuvre   témoignant  de   leur   symbolisme   personnel .


Le mur  débouche  sur  l'espace  le plus déconcertant  . Je ne  sais  trop  comment  on  le  désigne  , j'ai  lu  centre  culturel  alternatif ,  culture  alternative  .. non-art.. où l'imagination  ne  connait  plus  de  retenue  écarte  avec provocation le  conventionnel.  Pour ma part ,  je ne  dirais pas  que  c'est  beau  mais  c'est  réellement  fascinant  parfois  dérangeant ou  un  peu  inquiétant  ....






Enfin  Berlin  recèle encore   d'autres  trésors  . En  dépit   de la  guerre  et  des bombardements la plupart  des musées ont  été   sauvés  ou  soigneusement   restaurés  . Ils abritent de  somptueuses  collections de  l'antiquité  à nos jours , de la préhistoire   aux temps  contemporains  et font  de  Berlin  un  gardien    à la fois scrupuleux du  passé   et  mécène  de  l'avant-garde, autant  qu'un  témoin  des idéologies contradictoires   dont   elle  porte les  stigmates  de leurs  affrontements..




5 commentaires:

  1. C'est sûr que ça doit être une ville à multiples facettes, où se rencontrent les histoires violentes, et donc avec leurs traces...

    par contre cela ne se traduit-il pas par une certaine grandiloquence dans l'excès ?
    Et notamment, parce que c'est marqué, par la puissance d'une capitale d'un des pays économiquement les plus puissants, aussi.

    Et occuper le vide (laissé par les destructions), par des constructions audacieuses, à mon avis c'est difficile de constituer un "tout" cohérent...

    j'avais bien apprécié pour cela Prague, où l'on progresse du centre baroque, jusqu'à la périphérie moche et pourtant très représentative de l'univers de banlieue, marqué par les immeubles staliniens, etc

    RépondreSupprimer
  2. Oui je pense , que la "situation" incitait à une espèce de surenchère dans le gigantisme et Les plus grandes marques allemandes ont vite exploité la ville comme vitrine constamment sous les feux de l'actualité !
    Donc , c'est grand , ça brille et ça bouge beaucoup !!
    Mais il y a vraiment des joyaux ! Je montrerai aussi quelques coins romantiques , quelques préférences .
    Je ne connais pas Prague , mais d'après ce que tu dis ça ressemble au type de développement de Vienne et on peut dire des grandes capitales en général : un centre préservé et une périphérie sans âme.
    Enfin oui, à Berlin c'est bien sûr beaucoup un livre d'histoire à ciel ouvert ;-)
    Merci de ton commentaire , bonne journée ...

    RépondreSupprimer
  3. Voici une très belle et très réelle description de Berlin, ville que je n'arrive pas à aimer mais que j'admire et qui me fascine.
    Berlin ne tombe pas dans le piège du centre-ville préservé et des quartiers modernes et sans âmes qui poussent autour. Sans doute parce que la destruction l'a atteinte en son cœur, elle a été obligée de se coltiner ces noces difficiles entre Ancien et Moderne. Cette coexistence se retrouve dans la population : il n'y a pas les "punks" d'un côté et les "bourgeois" de l'autre, mais les punks et les bourgeois aux mêmes terrasses des cafés. A côté de Berlin, Paris ferait presque provinciale et bienséante.
    Quand on marche dans Berlin on a toujours l'impression d'une ville en recherche, en construction, et cette sensation d'inachevé, d'imperfection, met un bémol émouvant à cette tendance grandiloquente.

    RépondreSupprimer
  4. Tout à fait d'accord AlmaSoror . on est toujours ici dans l'inachevé ou dans l'expérimental . dans la concurrence ou comme je le disais plus haut dans la surenchère ! Et puis, impossible de suivre les dédales sans un livre d'histoire en tête .
    Mais je crois que la fascination dépasse tout et j'y retournerais volontiers !!

    RépondreSupprimer
  5. En lisant AlmaSoror, oui, c'est assez vrai, je pense à Francfort/Main , que je connaissais de mes années d'ado et que j'ai bien aimée...

    quant aux banlieues staliniennes... c'est une autre configuration... bien sûr je n'y ai fait qu'y passer par "curiosité", mais il ne serait pas impossible avec quelques aménagements de donner une âme à ce qui en est dépourvu au départ ( je pense par exemple aux aménagements à Montpellier), évidemment dans un autre contexte

    RépondreSupprimer