lundi 18 juillet 2011

"Entre le héros et le lâche, il n'y a guère plus que l'épaisseur d'une feuille de papier" . Joseph Conrad : Lord Jim


Lord Jim


(1900)

Joseph Conrad a écrit : "Si vous voulez connaître l’âge de la terre, regardez la mer sous une tempête ; mais quelle tempête peut révéler pleinement le cœur d’un homme". 
Jim est un officier de marine ( comme Conrad ) Il est plein de qualités, qui lui promettent une vie exemplaire . Il appartient à l’élite « coulé dans un métal sans défaut » jusqu’à ce que la vie remette en cause ce brillant destin  en le faisant embarquer sur le Patna un vieux navire affrêté pour conduire 800 musulmans en pèlerinage à la Mecque . 
Un écueil pour crever le navire , un grain violent , la peur incontrôlable et l’instant de faiblesse qui lui fera abandonner les passagers et sauter dans l’unique canot de sauvetage prévu par le capitaine indélicat .
Jim avait sauté dans un trou sans fond, un trou dont il ne pourrait plus sortir.

"Parce qu'un jour il a été lâche, abandonnant au naufrage un navire et sa cargaison de pélerins, Jim erre de port en port, cachant sa honte. Il échoue en Malaisie, à Patusan, où la venue du trafiquant Brown lui donne une occasion de se  conduire en héros. Cette fois il n'hésite pas , et c'est tragiquement que s'achève l'histoire de Lord Jim, un des plus beaux romans qu'ait jamais inspiré la fraternité humaine"

( 4ème de couverture de l'édition "Folio")
"Entre le héros et le lâche, il n'y a guère plus que l'épaisseur d'une feuille de papier" . 

Richard   Brooks   a  adapté fidèlement  ce  roman d'une manière superbe,  reprenant  dans  la voix  hors-champ  (voix  off) le  texte  de Conrad : 

Année de sortie : 1965

Réalisateur : Richard Brooks
Musique de Bronislau Kaper

Peter O'Toole: Lord Jim
James MasonGenteleman Brown
Curd Jürgens : Cornelius
Eli Wallach : The General
Jack Hawlins :Marlow
Paul Lukas Stein
Dahlia Lavi : La jeune fille

(Victor Fleming , réalisateur américain , avait produit une première adaptation en 1925.)


.............Dès qu'il  put marcher  sans canne il s'engagea sur le premier   bateau  qu'il  trouva et ce bateau  était le  Patna.
Il était en partance pour la Mer Rouge , cargaison  800  musulmans allant  en pélerinage à La  Mecque ....




....Jour après jour le  Patna labourait la  plaine  bleue sous la splendeur sinistre  d'un ciel  torride  laissant  derrière  lui  un ruban  blanc  d'écume vite effacé comme  un fantôme  de piste tracé par  un fantôme  de navire  .

Une  paix merveilleuse  envahissait le monde. Sur  la  passerelle  Jim éprouvait  le sentiment  d'une  sécurité  infinie. Il se  sentait seul  responsable  de  tout  ce  qui  vivait  à bord ..et il  était à  la hauteur  de  cette  tâche; il n'ay avait pas  d'obstacles qu'il  n'eut  osé  affronter ......



 

Un grain  !!!  La  mer  se  déchaîna , s'acharnant  sur le  bateau  délabré , faisant  peser  sa  pression et sauter un  à  un  les  boulons  de  la  cale en  fer  rouillé.
_Sautez !  
  - S'imaginaient-ils qu'il  allait  sauter  ,  abandonnant  à leur  sort  les  centaines  de pélerins  entassés  sur lepont ,écrasés par  les  vagues ?

 



Il ne pouvait pas le  croire ,  il était impossible  qu'il  fut  dans le  canot ...Il était encore sur le pont  ...




Dérision :  ...Le Patna les avait précédé et  mouillait  au  port  





Le prix d'une possible rédemption








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire