mardi 16 août 2016

De l'autre côté du fleuve


 
(Philip Glass,Violin Concerto No.1)


Je suis passée  de l'autre côté  du fleuve
il n' y a  pas de pont, frontière  infranchissable
et rien de ce  côté  ne ressemble   à rien
 de ce qui  habite l'autre rive
Deux  mondes indifférents l'un  à  l'autre
deux  mondes ignorants  l'un  de  l'autre
Deux terres inaccessibles
Mondes  séparés par  les eaux
charriant les  souvenirs
De tous les présents passés des  hommes  
Jetés dans  le cours  sans retour
fuyant vers l’océan  de  l'oubli
eaux gonflées  des joies et  des peines
eaux  boueuses   tourbillonnantes
le flot engloutit les  mémoires
emportent  les chagrins
dans son torrent  de pleurs .

Assise sur la berge
Je contemple cette  masse  liquide
qui semble m'inviter à m'y  plonger
à croire en  son  pouvoir
d'éponger les blessures
dans la promesse d'autres  futurs
Sur d'autres berges ,d'autres paysages
le nouveau filant  lui-même  vers d'autres  flots
D'autres  eaux,  finalement vers la  mer
ultime  but  de tout voyage.
le fleuve  ne gronde  pas  aujourd'hui
il est seulement  énorme
au plus fort  de  sa crue
glissant  le long des digues
qu'il  envahit  sournoisement

Si haute la surface  de  l'eau  à cette heure
qu'il  faudrait me hisser  bien au delà  de moi-même
Pour  que mon regard échappe à cet  horizon  fluide.

(Deferlante)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire