lundi 26 janvier 2015

Du soleil même la nuit. Il sole anche di notte

Que tes journées soient belles avec du soleil   même la nuit

Un film  des frères  Paolo  et   Vittorio  Taviani , d'après une nouvelle de   Tolstoi "Le père  Serge"

1989-1990
avec Julian Sands
Charlotte  Gainsbourg
Nastassja Kinski
Librement inspiré d'une  nouvelle  de   Tolstoï "le  Père  Serge"

Dans une province du Sud de l'Italie, probablement des environs de Naples, où la terre est ingrate et dure à travailler, un jeune homme appartenant à la petite noblesse paysanne nourrit des ambitions spirituelles et sociales.
Doué de toutes les qualités il brille dans tout ce qu'il entreprend et se sent promis à un grand destin. Remarqué par le roi de Naples dont il est l'un des aides de camp, il aspire à la reconnaissance sociale quand l'occasion d'y parvenir lui est offerte par l'amour grâce à une promesse d'union avec une jeune duchesse. Mais il apprend qu'il s'agit d'un mariage arrangé et qu'il n'est que l'instrument de son protecteur... Blessé dans son amour-propre il renonce, s'enfuit et embrasse une carrière ecclésiastique dans laquelle il espère pouvoir s'élever au-dessus de toutes les humiliations.
L'insatisfaction le poursuit et toujours en quête de cette recherche d'absolu il se fait ermite dans une région totalement isolée du monde.
Quand il pense avoir atteint son but il est rattrapé par sa renommée où le poursuivent les tentations qu'il veut fuir et où l'on attend maintenant de lui des miracles que les circonstances semblent favoriser.
Encore une fois son idéal lui échappe et il sombre dans le désespoir. Il touche le fond dans l'échec de son suicide qui lui révèle que son propre amour de la vie est le plus fort . Vaincu il réalise la vanité de ses rêves de grandeur en découvrant dans l'existence modeste et simple des paysans , une vie de labeur proche de la terre et de la nature, un idéal plus élevé que son idéal d'absolu.
En cela on retrouve bien la conception du bonheur selon Tolstoi .« Le père Serge » dont les frères Taviani se sont inspirés , n'est qu'un des multiples reflets du grand écrivain qu'il a projeté dans les principaux héros de ses romans Pierre Bezoukov ou plus encore  Nekhlioudov de  Resurrection.
Les paysages dans lesquels se déroule le film inspirent le sublime(1) que ni l'orgueil profond de soi, ni le gout christique du sacrifice ne permettent à l'homme d'atteindre .



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire